PADMPME : lancement de la formation en initiative personnelle à Goma

 

Le Projet d’appui au développement des micro, petites et moyennes entreprises (PADMPME) va procéder au lancement de l’enregistrement des femmes entrepreneures pour la formation en initiative personnelle prévue dans le cadre du soutien aux femmes entrepreneures dès ce lundi 24 août dans la ville de Goma.

Une mission de l’Unité nationale de coordination du PADMPME est arrivée au chef-lieu de la province du Nord-Kivu pour ce faire. Déjà une campagne de sensibilisation a débuté par la diffusion du message d’appel d’enregistrement sur les antennes de Radio Okapi, partenaire à cette activité. La sensibilisation s’étendra aussi aux autres médias locaux de la ville.

La formation en initiative personnelle est un type de formation psychologique de renforcement des capacités fondé sur trois paramètres-clés : l’autodétermination, le comportement persévérant face aux obstacles et l’orientation vers l’avenir. Une rigoureuse évaluation d’impact au Togo a établi que la formation en initiative personnelle avait permis une croissance ferme de 30% de bénéfices comparé à un impact non-significatif des formations traditionnelles en affaires. La formation en initiative personnelle a été particulièrement effective pour les femmes entrepreneures qui ont vu leurs profits augmenter de 40% comparés aux 5 % de bénéfices suivant les méthodes traditionnelles de formation.

Les résultats de cette évaluation ont conduit à étendre ce type de formation au Mozambique, en Mauritanie, en Ethiopie, en Jamaïque et au Mexique. Elle est cette fois-ci recommandée en RDC pour renforcer la résilience des bénéficiaires dans le cadre du programme de l’évaluation d’impact du PADMPME.

Pour rappel, le PADMPME privilégie les catégories les plus vulnérables des entrepreneurs notamment les jeunes et femmes, souvent exclues dans l’accès aux marchés financiers classiques. Une sous-composante entière est dédiée aux activités de soutien aux femmes, tandis qu’elle est aussi bénéficiaire de choix sur tous les appuis dans le cadre des concours des plans d’affaires qui réservent au moins 40 pourcent de subventions aux projets portés par la gent féminine (jeunes filles de 18-35 ans et les femmes plus âgées).

La campagne d’enregistrement des femmes de Goma s’étendra du lundi 24 août au dimanche 6 septembre soit deux semaines, sur vingt sites disséminés dans toute la ville. Elle vise au minimum l’identification et l’enregistrement de 6000 femmes en autoentreprise, les entrepreneures, les commerçantes et même les jeunes filles âgées d’au moins 18 ans. Une sélection aléatoire se fera, à l’issue d’un tirage au sort, pour retenir 1800 femmes qui seront assignées dans les trois groupes selon les variantes retenues : FIP pour femme seule, FIP pour femme et conjoint, et enfin un troisième groupe qui n’aura ni FIP ni subvention au moment de l’étude. Ce dernier groupe, dédié au contrôle, bénéficiera de la formation et de la subvention dans une autre phase.

 

Pour opérationnaliser cette activité, le PADMPME s’appuie sur le groupe Move piloté par le professeur Michael Frese de l’Université Leuphana (Allemagne), initiateur de ce module de formation psychologique, tandis que l’étude d’évaluation d’impact sera menée par Africa Gender Initiative labo de la Banque mondiale. Sur terrain, deux firmes congolaises, CERDI-BAS et Kivu Entrepreneurs, procéderont aux opérations d’identification des participantes et de la collecte des données de base à Goma et à Lubumbashi.

Une formation des formateurs inaugurera la série d’interventions du groupe Move en octobre. La formation des femmes interviendra aussitôt achevée celle des formateurs. Après Goma, Lubumbashi est la prochaine destination de la FIP, avec les mêmes activités.

Partager c'est aimer!