La femme au cœur du Projet

La participation des femmes dans les activités économiques permettra une plus grande autonomisation des femmes, y compris le leadership féminin.

L’égalité entre les genres est à présent reconnue par la communauté internationale comme un puissant facteur de développement durable, de croissance et de lutte contre la pauvreté.

C’est dans le but de contribuer à un développement durable, inclusif et équitable entre les femmes et les hommes que la RDC a adopté depuis 2016 une Stratégie Nationale des PME : Cadre d’intervention transversal sur le genre et la réduction des inégalités femmes-hommes, dans la continuité de la Stratégie Nationale Genre qui définit les priorités du pays dans le domaine de la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Aussi, le PADMPME, qui a été mis en place dans le cadre de la Stratégie de développement du secteur privé, se veut-il inclusif et respectueux de l’équité de genre. En effet, l’objectif de développement du Projet est de soutenir la croissance des MPME et d’accroître les possibilités d’emploi et d’entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes dans certaines régions.

Le projet donne plus d’opportunités d’accès et de contrôle des ressources aux femmes à travers :

  1. Une sous-composante réservée uniquement aux femmes: « Appui aux opportunités entrepreneuriales des femmes » par un appui direct aux femmes entrepreneures qui sont engagées dans des activités de production, sous forme de subventions et d’assistance technique. Cette sous-composante aidera les femmes qui travaillent de manière autonome, les entrepreneurs de subsistance et celles qui dirigent des entreprises à domicile ou familiales, à travers une assistance technique et un financement des plans d’affaires. Un programme de formation sera ouvert à toutes les femmes intéressées: 4.500 participantes au total, dont 1 500 à Kinshasa et 1.000 à Matadi, Lubumbashi et Goma respectivement et  l’octroi des subventions en nature entre 1.000 US$ et 5.000 US$ à 2.500 entreprises dont 1.000 à Kinshasa et 500 à Matadi, Lubumbashi et Goma respectivement, avec un portefeuille total de subventions de 7,5 millions US$.

N.B. Il sied de signaler que l’on tiendra également compte du genre dans la sous-composante destinée aux Subventions de démarrage et d’Assistance Technique pour les jeunes entrepreneurs.

2. Dans la sous-composante relative à l’amélioration de la croissance et de la performance des PME, le projet prévoit l’attribution de subventions de contrepartie aux PME qui opèrent dans les secteurs de l’industrie légère et des services, à l’exclusion du commerce en priorisant celles dirigées par des femmes ou appartenant aux femmes (200 PME des femmes sur 500 PME prévues), avec une allocation moyenne de 75 000 US$ par PME et une allocation totale de 32,5 US$). 

3. Le projet entend contribuer à la lutte contre les VBG par l’amélioration de l’environnement des affaires pour toutes les PME en mettant un accent particulier sur la réforme et la dissémination des textes de lois en faveur des femmes participant aux activités économiques à travers les campagnes d’information et de sensibilisation autour de lois qui favorisent l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation économique des femmes notamment le Code de la Famille révisé, la loi portant modalités d’application des droits de la femme et de la parité et d’autres dispositions juridiques favorables aux femmes prévues dans le Code du Travail et la loi Foncière.

Les activités s’attelleront à remédier à l’absence générale de connaissances autour du nouveau Code de la Famille et d’autres dispositions juridiques favorables aux femmes prévues dans ces lois par la vulgarisation de ces textes juridiques.

En effet, la sensibilisation et la diffusion de l’information sur le nouveau Code de la Famille, qui a supprimé certains obstacles à la femme mariée liés aux activités commerciales, va contribuer au changement de la perception et du comportement de la société à l’égard de la femme et améliorer son statut juridique.

Chantal Nsimba

Experte en Genre et inclusion sociale

Partager c'est aimer!