Lancement des activités de promotion de l’entrepreneuriat des femmes en RDC

Kinshasa, vendredi 19 novembre 2021- Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Entrepreneuriat et des PME, Eustache Muhanzi Mubembe, en présence des opérations de la Banque Mondiale en RDC, Jean-Christophe Carret, de la Représentante Résidente de l’ONU Femmes, Awa Ndiaye Seck, du Directeur de Cabinet représentant le Ministre en charge du Genre, Bienvenu Akilimali et du Coordonnateur National du PADMPME, Alexis Mangala, a officiellement lancé le projet de réforme et dissémination des textes de lois en faveur des femmes dans les sites de Kinshasa, Goma, Lubumbashi et Matadi.
L’objectif du projet PADMPME est de soutenir la croissance des Micro, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) et d’accroître les possibilités d’emplois et d’entrepreneuriat pour les jeunes et les femmes dans les villes cibles citées ci-haut. ONU Femmes va intervenir dans ce projet sous la composante « Amélioration de l’environnement des affaires » pour aider les femmes à connaître et à exercer leurs droits économiques et à bénéficier des mêmes opportunités en entrepreneuriat et emplois que les autres catégories sociales. Dans son mot d’ouverture, le ministre de l’Entrepreneuriat et des PME a expliqué que l’appui à l’entrepreneuriat féminin est une priorité et une nécessité pour le PADMPME à travers sa sous-composante réservée uniquement aux femmes.

« La participation des femmes dans les activités économiques favorisera une plus grande autonomisation de celles-ci y compris le leadership féminin, atout supplémentaire dans la marche du développement durable. » a déclaré le ministre d’Etat Eustache Muhanzi.

Le Représentant du Ministre du Genre, le directeur de cabinet, a confié que depuis plusieurs années, son ministère rappelle la faible connaissance des lois consécutives à la faible vulgarisation des textes et lois favorables aux droits des femmes. « Voilà pourquoi nous saluons l’avènement de ce projet et exprimons notre vœu de voir ces lois apportées jusqu’au fin fond de la RDC, au profit des femmes rurales, commerçantes, vivant avec handicap, femmes autochtones, etc. ».

Par ailleurs, dans le volet géré par ONU Femmes, un accent sera mis sur les PME dirigées par des femmes notamment à travers une campagne de dissémination autour des lois qui soutiennent l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation économique des femmes.
Le coordonnateur du PADMPME a expliqué que le point de départ de ce projet est la structure du secteur privé laquelle est dominée par les micro et petites entreprises, opérant pour la plupart dans de secteur informel. Six mois après son démarrage, le projet a déjà atteint des résultats appréciables. Un inventaire des textes liés à l’entrepreneuriat a été réalisé en distinguant ceux à disséminer et ceux à réviser par le canal d’un plaidoyer dont les acteurs sont déjà constitués et formés.

Dans le cadre de la stratégie précoce de pérennisation du projet, des Alliances Communautaires pour l’Entreprenariat des Femmes (ACEF) ont été créés à Kinshasa et dans les provinces.


Le Directeur de la Banque Mondiale a suggéré aux autorités de la RDC de rapidement envisager ou étudier l’extension du PADMPME étant donné les preuves factuelles de l’impact de ce projet.

« L’ensemble de ce projet doit faire l’objet d’une analyse et d’un passage à l’échelle. Il ne faut pas seulement se contenter de Kinshasa, Goma, Lubumbashi et Matadi, il faut aller plus à l’intérieur du pays, il faut aller dans des endroits où les femmes sont encore dans une situation précaire. Je pense, tout en s’avançant sur l’axe de la nationale no1, il faut aller à Tshikapa, à Kananga, à Mbuji-Mayi, à Lubao ; il faut aller autre part que dans les villes qui sont les plus connectées. »

Awa Ndiaye Seck, Représentante Résidente d’ONU Femmes a, quant à elle, expliqué que les PME sont considérées comme un facteur de changement pour la croissance économique inclusive mais « malheureusement plusieurs obstacles écosystémiques entravent l’implication effective des femmes dans la création, la formalisation, la croissance et la compétitivité des Micros, Petites et Moyennes Entreprises. » a-t-elle regretté.

Des lois favorables à l’entrepreneuriat équitable

Pour rappel, le gouvernement de la République Démocratique du Congo a obtenu de la Banque mondiale un crédit pour financer le Projet d’Appui au Développement de MPME, dans le cadre de sa stratégie de développement du secteur privé. La mission confiée à ONU Femmes vise à promouvoir la connaissance « des lois favorables à l’entrepreneuriat équitable ». Elle est mise en œuvre dans quatre principaux centres urbains du pays : Kinshasa, Lubumbashi, Goma et Matadi.
ONU Femmes est l’agence des Nations Unies consacrée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes. Porte-drapeau mondial des femmes et des filles, ONU Femmes a été créée pour accélérer l’amélioration de la condition des femmes et pour répondre à leurs besoins dans le monde entier et en République Démocratique du Congo.